vendredi 26 juillet 2019

Le Musicien - Annabelle BLANGIER

Titre : Le Musicien
Auteur : Annabelle BLANGIER
Edition : Magic Mirror 
Nombre de pages : 327 pages

Résumé : 


Aucun village n’est aussi paisible que Hamelin. Conduits par un maire juste et protecteur, les habitants s’épanouissent en toute sérénité. Seule Lore, petite-fille du couple dirigeant, demeure frustrée de l’embargo posé sur la musique par son grand-père. Mais l’arrivée en ville d’un jeune virtuose pourrait bien faire imploser les règles sclérosées.


Au rythme des cours de musique clandestins qu’il donne à Lore, Raffael va peu à peu remuer le passé inavouable de Hamelin. À mesure que les désirs de vengeance s’exacerbent et que la mélodie du violon envoûte les cœurs, les masques tombent et le village plonge dans une spirale de violence sans précédent. Lore, comme chaque habitant, sera mise face à un dilemme insoutenable.

Saura-t-elle choisir entre le devoir moral qui lui incombe et la tentation du châtiment qui la ronge ?


Mon avis :

J'ai encore été faible. Une belle couverture, je me laisse tenter par le résumé et pouf, je passe précommande. 

L'attente a été longue... Le roman commandé en mai, reçu mi-juillet... Mais cela en valait la peine !

Je me suis plongée au cœur des rues d'Hamelin et j'ai suivi ses habitants, leur quotidien, et comment un mystérieux musicien vient bousculer tout cela. 

Je dois bien dire que la réécriture du conte originale est orchestrée avec brio. L'intrigue est prenante et haletante. On a toujours envie d'en découvrir davantage, de comprendre les motivations de Raffael. On souhaite aussi découvrir tout le mystère qui entoure la jeune Lore, que s'est-il produit avant sa naissance et pourquoi tout le monde fait-il tout un mystère autour d'elle ? 

Voilà dans quoi nous plongeons dans ce roman. L'ambiance est un peu sombre, un peu anxiogène, mais terriblement prenante. 

J'avoue qu'il m'a fallu quelques chapitres pour vraiment entrer dans le roman et dans l'histoire, mais une fois accrochée, je n'ai plus su m'en défaire. 

Les personnages sont crédibles et bien construits même si j'ai senti une certaine distance entre eux et moi. En refermant le livre, le Musicien Raffael et Angelika ont su me toucher, mais le reste des personnages, un peu moins. 


La plume est immersive et efficace, elle nous entraîne dans les coins sombres de Hamelin et nous fait frissonner. 


En résumé, un roman qui a su me convaincre au fil des pages et que je referme avec beaucoup de satisfaction. 

Si je voulais résumer l'histoire je dirais : 

Qui sème le vent récolte la tempête. 


mardi 23 juillet 2019

The Rest of the Story - Sarah DESSEN

Titre : The Rest of the Story 
Auteur : Sarah DESSEN
Edition : Lumen
Nombre de pages : 567 pages

Résumé : 


C'est avec un petit pincement au coeur qu'Emma Saylor, dix sept ans, regarde son père danser sur la piste : bien sûr, il épouse une femme adorable - bien sûr, il a droit au bonheur après avoir vu mourir d'une overdose celle qu'il aimait. Seulement, une question continue de hanter la jeune fille. Qu'est-Il vraiment arrive à sa mère ? Elle n'en sait presque rien. Alors, pour pouvoir aller de l'avant, elle aussi, elle aimerait bien connaître le fin mot de l'histoire. Or elle n'à plus revu sa grand mère maternelle ou ses cousins depuis qu'elle était toute petite... Mais le destin va lui donner un petit coup de pouce : pendant la lune de miel de son père, elle découvre qu'elle doit passer plusieurs semaines au bord du lac ou vit cette énigmatique famille. 


Car si, pour son père, elle est Emma, aux yeux de sa mère, de ses cousins et de ses amis d'autrefois, elle était quelqu'un d'autre : le temps d'un été dont elle n'à aucun souvenir - un été magique - elle a été la petite Saylor. Et c'est ce passe enfoui qui va ressurgir comme un trésor : au début, c'est un parquet dont elle deviné qu'il va grincer sous ses pas, c'est une odeur oubliée et pourtant familière... Elle retrouve sa cousine, qui joue avec le feu comme la mère d'Emma avant elle, et Roo, le garçon dont elle était inséparable enfant. Tel un détective, elle va remonter le temps, pour découvrir non seulement qui elle est, mais aussi qui était vraiment sa mère. Elle découvre qu'au coeur du mystère, il y a un étrange accident de bateau à moteur...


Mon avis : 

Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions Lumen pour ce partenariat. 


« The Rest of the Story » est la parfaite lecture pour l’été. J’ai aimé cette histoire d’un bout à l’autre.
C’est un total et absolu coup de cœur. Dès l’arrivée d’Emma Saylor à North Lake, j’y étais avec elle, je me retrouvais sur le ponton, au bord du lac, le soleil qui se réverbérait sur la surface de l’eau et éblouissait mes yeux. À chaque reprise de ma lecture, je replongeais directement dans ce petit coin de paradis et je retrouvais de vieux amis : Bailey, Trinity, Jack, la petite Gordon, Vincent et Roo… Cette bande de potes absolument incroyable et tellement sympathique.

Voilà le point fort de ce livre : les personnages. On s’y attache tellement, on se prend d’affection pour chacun d’eux : pour Bailey et son caractère volontaire et un rien tête brûlée, pour Trinity, la peste au cœur tendre qui ne mâche pas ses mots, la petite Gordon à la fois fragile mais déterminée, Roo pour qui notre cœur ne peut que vibrer.

Ensuite, j’ai adoré découvrir en même temps qu’Emma Saylor toute l’histoire de sa mère, tout ce qu’elle a pu vivre durant son enfance aux abords de ce fameux lac, quelles ont été ses plus belles joies mais aussi ce qui a marqué définitivement sa vie. Finalement on en apprend beaucoup de soi quand on connait un peu mieux le passé de sa famille.

Le papa d’Emma Saylor m’a autant attendrie qu’énervée, très sincèrement. Si je peux comprendre les craintes (justifiées) qu’il doit ressentir, je n’ai pas aimé son manque de confiance vis-à-vis de sa fille. Mais cela ajoute davantage d’émotions au récit qui nous fait passer par un éventail complet de sentiments.

En bref, c’est le roman à lire cet été. Cette belle histoire d’amitié et d’amour à découvrir. L’amour au sens large, l’amour sous toutes ses formes. Je n’avais vraiment pas envie de sortir de cette histoire. 

(Cet avis a été rédigé pour le blog Un brin de lecture : ici)

lundi 22 juillet 2019

La Vie rêvée des Chaussettes Orphelines - Marie VAREILLE

Titre : La Vie rêvée des Chaussettes Orphelines
Auteur : Marie VAREILLE
Edition : Éditions Charleston
Nombre de pages : 345 pages

Résumé : 

Sur le papier, Alice va très bien : célibataire parfaitement assumée, elle a une carrière en or dans la finance à New-York, un loft avec vue sur Central Park et un secret si profondément enfoui qu’elle peut presque prétendre l’avoir oublié. Certes, elle ne dort plus sans somnifères, elle collectionne les crises d’angoisse, les TOC et les névroses, mais on ne va pas en faire tout un plat. Tout le monde a ses petits secrets, non ? Mais le problème avec les petits secrets, c’est qu’ils peuvent générer de grosses complications... et si Alice est devenue experte à fuir le passé, elle est beaucoup moins douée quand il s’agit d’affronter la réalité.

Mon avis : 

Wow.

WOW.

WOW. WOW. WOW.

La claque !

Je dois bien avouer peiner à trouver mes mots. J'ai des difficultés à poser mes émotions, à les trier. Je ressors de ma lecture conquise, un peu chamboulée, émerveillée aussi. 

Marie Vareille nous offre ici une histoire magnifique, authentique et franchement bien élaborée. 

En voyant la couverture aux couleurs pastels, le titre qui laisse un peu rêveur, on pense passer un moment plein de légèreté... Et bien que l'histoire ne soit pas excessivement dramatique ou larmoyante au possible, elle n'en reste pas moins profonde, intense, haletante. 

Les thématiques abordées par l'auteure m'ont énormément touchée. J'ai été prises aux tripes par le désespoir d'Alice à concevoir un enfant, j'ai adoré ses confessions dans son journal intime dans lequel elle s'adresse de façon imaginaire à Bruce Willis. Les rêves et les espoirs de Scarlett, sa détermination sans faille ont beaucoup résonné en moi, je me suis sentie très proche d'elle. J'ai à la fois adoré et été agacée par Chris, cet éternel optimiste qui se voile un peu la face et j'ai vraiment adoré Jérémy qui a su me captivée avec sa simplicité. 

L'écriture est incroyablement belle, poétique, délicate. 

J'ai aimé ce récit d'un bout à l'autre, d'un personnage à l'autre. Je me suis exclamée à la révélation à la fin de l'histoire que je n'avais pas du tout vue venir. J'ai été bluffée, sidérée, touchée (oui, je suis passée par beaucoup d'émotions). 

Ce roman est tout un condensé d'émotions intenses. 

Ambition, tome 1 : Yoann DUBOS

Titre : Ambition, tome 1 
Auteur : Yoann DUBOS
Editeur : Snag 
Nombre de pages : 375 pages

Résumé : 


2312, l’homme, fatigué des systèmes politiques et de leurs représentants accepte d’abandonner une grande partie de ses droits civiques contre des garanties de paix et de stabilité. Vient alors au pouvoir une organisation rassemblant les vingt plus grandes puissances économiques mondiales, appelée le Conglomérat. 

C’est dans ce contexte que la Terre poursuit la colonisation du système solaire. Mais un vaisseau de la mission Synope est mystérieusement stoppé et détruit par une barrière invisible.

La collision révélera alors une incroyable réalité cachée jusque-là aux yeux des Humains : tout autour d’eux, vivent depuis des millénaires des créatures fantastiques dotées d’incroyables capacités… Mais personne n’était préparé à affronter cette Résonance originelle.


Mon avis :

Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions Snag pour ce partenariat. 

La science-fiction n’est pas mon domaine de prédilection, je dois bien le reconnaître. Toutefois, je ne suis ni hostile, ni fermée au genre, je n’y vais simplement pas de moi-même. Le nouveau titre des éditions Snag était donc l’occasion pour moi de m’immerger dans un univers de technologie futuriste.

La structure du récit a été, pour moi, déroutante dans un premier temps. On alterne entre le temps présent, les flash-back et même parfois les sauts dans le temps. J’ai eu du mal à comprendre le fil rouge dans un premier temps. Effectivement, arrivée à la bonne moitié du récit, l’intrigue principale n’était toujours pas claire pour moi. Je reconnais volontiers que les bases nécessitent d’être posées pour bien comprendre l’univers du récit, mais inévitablement, cela entraîne certaines… je ne dirais pas longueurs, parce que le texte est dynamique, mais le lecteur (ou en tout cas moi) ne sait pas où il va. Il a fallu attendre la troisième partie (donc bonne moitié du livre) pour que le puzzle se mette en place et que les bribes d’histoire s’assemblent.

L’univers est vraiment, vraiment, vraiment bien travaillé. Il est complet, complexe, mais compréhensible, les idées sont ingénieuses, j’ai été totalement bluffée par mon immersion dans ce contexte futuriste à mi-chemin entre la technique et le fantastique. L’univers m’a un peu fait penser au film « Bright », cette cohabitation entre les humains et les créatures nouvellement apparues.

J’ai beaucoup aimé le petit twist concernant le titre. J’aime les titres qui prennent tout leur sens en cours de lecture et, sans spoiler, Ambition prend un sens très inattendu aux trois quarts du roman.

Les personnages sont bien construits, crédibles, authentiques, mais je ne me suis pas spécialement attachée à eux. Je reconnais que cela est une appréciation strictement personnelle. Je suis certaine que Clay, Béron et Rory ainsi que les autres personnages apparaîtront très attachants aux personnes plus sensibles au genre que moi.

La plume de l’auteur est agréable à lire et fluide.


En conclusion, bien que j’ai eu un peu de mal avec la construction du récit au début, je dois bien reconnaître que ce premier roman est très abouti et agréable à lire.

(Cet avis a été rédigé pour le blog Un brin de lecture : ici)

samedi 20 juillet 2019

Aurore, This is not a Fairytale - Mariame RED

Titre : Aurore, This is not a Fairytale
Auteur : Mariame RED
Edition : autoédition
Nombre de pages : 417 pages

Résumé : 

Je m'appelle Aurore et malheureusement pour moi vous pensez que je suis une sorte de princesse tout droit sortie d'un conte pour enfant. Ma malédiction ? Un an de vie contre cent ans de sommeil. Injuste, N'est-ce pas ? J'ai un an pour trouver l'amour avec un grand A mais dur dur quand une sorcière vous met des bâtons dans les roues...

Mon avis : 

Lorsque j'ai découvert ce roman, je suis immédiatement tombée amoureuse de la couverture. Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris...

Je tiens à exprimer toute mon admiration à l'égard de l'auteure qui a eu le courage, la volonté de passer en autoédition, de gérer tout de A à Z, et je tiens encore à souligner la beauté de la couverture. 

L'idée de base est vraiment chouette, cette revisite de la belle au bois dormant avait vraiment tout pour me plaire. 

Malheureusement, au-delà de ça, le roman dans sa globalité n'a pas su me convaincre. En effet, malgré un soin évident porté à la confection du récit, il reste des coquilles assez visibles et dérangeantes tant sur la forme que le fond. 

J'ai déploré les quelques coquilles orthographiques qui subsistent dans le texte, les incises qui portent systématiquement une majuscule, des petits couacs de mise en page. 

Dans le fond, je regrette cette absence manifeste de subtilité, tout nous est explicitement dépeint d'un bout à l'autre, la narration est souvent maladroite, les dialogues bancals, les personnages sont assez caricaturaux, parfois même peu crédibles. 

Les choix scénaristiques sont par moment arrangeants et prévisibles. Il n'y a pas de grosse prise de risque. Il m'a manqué cette distillation d'informations qui auraient pu me permettre d'élaborer des hypothèses, de semer le doute dans mon esprit pour m'emmener sur des fausses pistes ou permettre une révélation en coup d'éclat, ce moment où toutes les pièces du puzzle s'assemblent. Le roman le permettait, c'était jouable. 

Peut-être en ai-je trop attendu ?

Les petites références aux personnages de Disney étaient somme toute amusantes et la fin diffère de ce à quoi on pourrait s'attendre. J'ai apprécié, je tiens quand même à souligner ces points positifs. Malheureusement ils ne sont pas suffisants pour pouvoir affirmer que la lecture a été agréable dans son ensemble. 

mardi 16 juillet 2019

La Première Fois qu'on m'a embrassée, Je suis Morte - Colleen OAKLEY

Titre : La Première Fois qu'on m'a embrassée, Je suis Morte
Auteur : Colleen OAKLEY
Edition : Milady
Nombre de pages : 500 pages

Résumé : 

Jubilee Jenkins est allergique au contact humain et se cloître chez elle. Pourtant, à la mort de sa mère, elle doit affronter le monde et se réfugie à la bibliothèque municipale, où elle trouve un travail. Elle y rencontre Eric Keegan, un homme divorcé qui vient de s'installer en ville avec son fils adoptif. Bien qu'Eric ne comprenne pas pourquoi Jubilee le tient à distance, il est sous le charme.

Mon avis : 

Voilà un roman qui fait assez bien parlé de lui et quoi de mieux qu’une bonne lecture pour s’en faire sa propre opinion ? 


Je ressors de cette lecture ravie. J’ai passé un très bon moment en compagnie de Jubilee, Eric et Aja. 


Nous alternons les chapitres entre le point de vue de Jubilee et celui d’Eric et je dois bien avouer aimer ce genre de format qui nous offre une vision très complète de l’histoire. 

La force du roman réside dans ce très juste équilibre entre les différents thèmes abordés : la phobie sociale, le deuil chez l’enfant, les problèmes de communication, le besoin de contacts, les relations amoureuses. Voilà ce qui vient enrichir le roman et qui nous permet de découvrir une belle évolution chez tous les personnages. 

J’avoue que Jubilee m’a un peu énervée au début de l’histoire, mais elle a su par la suite me toucher et je me suis finalement beaucoup attachée à elle. J’ai aussi vraiment aimé Eric et ses failles, sa maladresse, ses obsessions aussi parfois. Bref, un homme entier et tellement « vrai ». Le petit Aja nous apporte un vent d’innocence mais aussi de tristesse. On sent le désarroi derrière toutes les excentricités de cet enfant et cela ne peut que toucher. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et je les ai trouvés très attachants aussi que ce soit Madison, l’ancienne camarade de lycée ou bien la sœur d’Eric, toujours disponible pour donner un coup de main, ils donnent encore plus de saveurs et de consistance au récit. 

J’ai été par contre interpellée un peu par la fin qui, à mon goût était un rien précipitée.  Le dernier chapitre se clôt sur un événement et l’épilogue reprend sept années plus tard. Certains ont adoré cette fin, d’autres l’ont détestée… Quant à moi, je suis entre-deux. À vous de vous faire votre propre idée ! 

En bref, ce livre nous parle d’empathie et d’amour sous tous ses aspects et nous fait passer des rires aux larmes. C’est un bon roman feel good !



(Cet avis a été rédigé pour le blog Un brin de lecture : ici)
 

vendredi 12 juillet 2019

Terre de Brume, tome 2 : le choix des élues - Cindy VAN WILDER

Titre : Terre de Brume, tome 2 : le choix des élues
Auteur : Cindy VAN WILDER
Edition : Rageot
Nombre de pages : 320 pages

Résumé : 

Héra et Intissar ont pénétré au cœur de la montagne dans l’espoir de trouver les Semeurs et de pouvoir les convaincre de se joindre à elles dans leur lutte contre la Brume. Mais dans la société qu’elles découvrent, être étrangères et être des femmes n’est pas un atout. Très vite, Héra et Intissar sont mises au cachot. Tandis qu’Intissar se bat contre la Brume qui consume son esprit depuis l’attaque de Scyll, Héra s’allie à deux autres prisonniers qui lui ont révélé une rumeur : une arme serait cachée au cœur de la montagne qui leur permettrait de vaincre la Brume définitivement.

Mon avis : 

Le premier tome ayant été un franc succès pour moi, je me suis donc plongée avec plaisir et impatience dans ce second et dernier volet de la saga. 

Nous retrouvons Héra et Intissar exactement là où nous les avons laissées, prêts à les suivre à nouveau dans leur périple. Nous découvrons qui les se cache sous la montagne et quels sont les ennemis que devront encore affronter nos deux jeunes héroïnes. 

Honnêtement, même si j'ai beaucoup apprécié ma lecture, le premier tome restera le meilleur pour moi. Pourquoi ? Je ne saurais dire avec précision. J'ai préféré la mise en place des intrigues, la découverte des personnages, la tension des quêtes menées. Mais le second tome reste très bon et clôture sur une fin un peu ouverte, j'ai trouvé. 

Les révélations et les surprises sont au rendez-vous et nous retrouvons tout le sadisme de notre autrice. J'avoue, j'aurais aimé qu'elle pousse certains choix jusqu'au bout, jusqu'au non-retour. Mais bon, peut-être est-ce le côté jeunesse du récit qui demandait des arrondis plus doux ... 

J'ai également trouvé qu'Héra et Intissar avaient parfois peut-être un peu trop d'aides extérieures pour résoudre ou accomplir leurs objectifs. Même si elles ne manquent pas de détermination ou de courage, il leur faut presque à chaque fois une aide quelconque soit pour trouver une solution, soit pour se sortir d'un mauvais pas. C'est un parti pris et peut-être suis-je la seule à tiquer sur ce détail. Bien sûr, il y a des éléments qu'elles ne pouvaient pas sucer de leur pouce, j'en conviens tout à fait. 

La fin était assez surprenante ! Je ne m'y attendais pas du tout et j'avoue que je ne sais toujours pas quoi en penser. J'aurais aimé que l'histoire continue encore un petit plus longtemps. Bien sûr, cette fin qui ouvre à l'imagination pour la suite satisfera bien sûr bon nombre de lecteurs. En ce qui me concerne, je suis restée un rien sur ma fin. 

En somme, une lecture agréable et de qualité, un texte engagé sur bien des sujets, comme l'autrice aime nous en concocter ! J'aurai globalement préféré le tome 1 mais je suis satisfaite de ma lecture de ce tome 2.

mardi 9 juillet 2019

Ivy Wilde, tome 1 : Quand Fainéantise rime avec Magie - Helen HARPER

Titre : Ivy Wilde, tome 1 : Quand Fainéantise rime avec Magie
Auteur : Helen HARPER
Edition : MxM Bookmark (Infinity)
Nombre de pages : 343 pages

Résumé : 


Bon, soyons clairs : Ivy Wilde n'est pas une héroïne. C’est même la dernière personne que vous contacteriez si vous aviez besoin d'une aide magique, malgré ses talents.

Si ça ne tenait qu'à elle, Ivy passerait ses journées affalée dans le canapé, devant la télé, paquets de chips en main, à papoter avec son familier félin jusqu'à ce que mort s'en suive.

Mais quand elle se retrouve victime d'une erreur d'identité, elle est embarquée malgré elle à la Branche Arcane, le département d'investigation de l'Ordre Hermétique du Crépuscule d'Or.

Les problèmes se multiplient quand un objet de valeur est volé au nez et à la barbe des représentants de l'Ordre ; et le fait d'être liée magiquement à l'Adeptus Exemptus Raphaël Winter ne fait qu'empirer la situation. Il a peut-être un regard couleur saphir et le corps d'un mannequin maillot de bain, mais pour Ivy, il représente tout ce qu'il y a de soporifique dans le boulot de sorcier.

Et s'il l'oblige à retourner à la salle de sport, juré, elle le transforme en crapaud.


Mon avis : 

Voici un roman qui a énormément fait parlé de lui à sa sortie. Et dans ces cas-là, une question se pose toujours : propagande ou faits avérés ? 

Qu'à cela ne tienne, je préfère vérifier par moi-même. 

Fichtre, ce bouquin est excellent ! 

J'ai absolument tout aimé dans ce bouquin. 

Gros coup de cœur pour Ivy. Cette anti-héroïne qui n'aime rien de mieux que de faire la fainéante, que de se vautrer dans son canapé et regarder des séries télé. Mais elle est bien plus complexe que cela et c'est tout le plaisir que l'on a à la découvrir au fil des pages. Chacune de ses punchlines ou de ses pensées a été un réel délice pour moi, j'ai beaucoup ri. 

J'ai également aimé Raphaël Winter qui sort aussi des clichés. En fait, on dirait qu'il est un cliché de prime abord, mais il est bien plus que cela aussi et leur duo est absolument détonnant. 

Petite mention coup de cœur pour le familier d'Ivy, son chat Brutus. Merveilleusement drôle. 

Le fil principal de l'histoire, à savoir l'enquête que mènent Ivy et Raphaël est vraiment bien ficelée et nous ne découvrons qu'à la toute fin le pot aux roses. C'était vraiment très agréable à lire, faire ses propres hypothèses, les démonter et recommencer. 

Le roman est vraiment prenant, bien rythmé, drôle, addictif, attendrissant aussi. 

Je lirai la suite, c'est certain ! 

vendredi 5 juillet 2019

The Wicked Deep, la Malédiction des Swan Sisters - Shea ERNSHAW

Titre : The Wicked Deep, la Malédiction des Swan Sisters
Auteur : Shea ERNSHAW
Editeur : Rageot
Nombre de pages : 395 pages

Résumé : 

C’est une histoire de vengeance... Il y a près de deux siècles, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, trois jeunes femmes belles, libres et indépendantes, furent accusées de sorcellerie par les habitants de la ville de Sparrow. Des pierres accrochées aux chevilles, les trois sœurs furent noyées. Exécutées. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les sœurs Swan sortent des eaux de la baie pour choisir trois jeunes filles, trois hôtes. Dans le corps de ces adolescentes, Marguerite, Aurora et Hazel reviennent se venger. Et cette année encore, Penny le sait, alors que les touristes afflueront, on retrouvera des cadavres de jeunes hommes sur la plage… Car cette malédiction, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Mon avis : 

J'avais découvert le livre dans sa version anglaise et tant la couverture que le résumé m'avaient séduite. Lorsque j'ai appris que Rageot allait l'éditer en français (et en conservant la merveilleuse cover), je me suis dit que j'allais attendre de le lire en français. 

Je ressors de ma lecture absolument conquise. C'est un coup de cœur.  

L'intrigue est excessivement bien travaillée. Les secrets sont savamment conservés jusqu'aux moments opportuns et nous explosent à la figure pour nous envoyer du lourd. J'ai adoré élaborer des théories (qui se sont souvent vérifiées, pour mon plus grand plaisir), j'ai aimé soupçonner, enquêter et j'ai aimé vibrer avec les personnages. 

On alterne avec le présent et donc cette période d'été durant laquelle les Swan Sisters prennent possession d'un corps de jeune fille pour accomplir leur macabre tâche, et le passé. Nous découvrons ce qui, peu à peu, les a menées à leur perte et à cette terrible noyade. C'était vraiment prenant. 

J'ai trouvé que tout le mythe concernant les Swan Sisters était absolument parfait. Simple, sans en faire trop, on oscille sur la ligne ténue entre le réel et le fantastique, entre les croyances et les faits établis. Il y a une petite part de mystère qui est vraiment sympa. 

J'ai adoré Penny et son caractère bienveillant. Elle cherche à bien faire, elle veut être forte et volontaire. Partagée entre un désir furieux de quitter Sparrow et la responsabilité qu'elle éprouve vis-à-vis de sa mère. J'ai été très intriguée par les secrets qu'elle gardait en elle.

Bo m'a beaucoup, beaucoup plu, ce jeune homme étranger qui débarque durant la pire saison de l'année à Sparrow, lui aussi a ses secrets qui nous sont dévoilés au compte goutte et tout se forme et tout se tisse pour que cela forme une histoire absolument délicieuse. J'ai aimé la façon dont lui et Penny s'apprivoisent. Pas de Love crush puérile mais une lente découverte qui accélère les battements de nos cœurs d'artichaut. 

La fin est un bouquet final absolument grandiose. J'ai aimé la fin que j'ai trouvé parfaite. 

Je ne peux que recommander cette pépite. 

*On me souffle à l'oreillette que les droits audio-visuels ont été achetés par Netflix...*.

mercredi 3 juillet 2019

The Ivy Chronicles, tome 3 : Délices - Sophie JORDAN

Titre: The Ivy Chronicles, tome 3 : Délices
Auteur : Sophie JORDAN
Edition : J'ai Lu
Nombre de pages : 320 pages

Résumé : 

Sérieuse, en manque d’expérience, Georgia veut s’affranchir de l’image de gentille fille qui lui colle à la peau. Alors qu’elle se rend au club libertin, elle rencontre Logan, le frère d’un ami. Ce véritable tombeur la renvoie chez elle, estimant qu’elle n’a pas sa place dans un tel lieu. Mais Georgia lui prouve le contraire en lui offrant un baiser audacieux. Malgré son caractère frivole, Logan reconnaît l’attirance qu’il éprouve pour Georgia et les sentiments qu’il développe à son égard. Or la jeune femme doute. S’il est beau comme un dieu, est-il digne de confiance ? Et à son côté, peut-elle vivre librement ses désirs ?

Mon avis : 

Avant toute chose, je tiens à remercier les éditions J’ai Lu pour ce partenariat. 

Voici donc le dernier opus de la saga « The Ivy Chronicles ». 

Je dois bien avouer avoir plus souvent levé les yeux au ciel qu’apprécié ma lecture. En effet, le schéma de l’histoire est bateau et sans réel rebondissement intéressant. Les personnages sont relativement stéréotypés et j’ai eu envie de pleurer face aux clichés que ce genre d’histoires propose : « ça ne va pas rentrer » « Bon sang comme tu es étroite » « jouis pour moi, bébé ». Comment vous décrire l’irruption d’urticaire que cela provoque chez moi ? Quand je lis ça, j’ai une superposition d’histoires qui s’entasse dans mon esprit, ce sentiment désagréable du vu, revu, re-revu…

Le premier tome restera incontestablement le meilleur pour moi. Je me demande, avec le recul, si c’est parce que sa lecture date d’il y a deux et ans et que j’y ai été réceptive à ce moment-là  ou si, à l’instar de « The Deal » pour lequel j’avais adoré le tome 1 et pas du tout accroché sur la suite, la magie opère sur la première histoire, sur le premier couple tandis que la suite ne donne qu’un sentiment de réchauffé. 

Oui, la tension sexuelle est bien gérée et il y a quelques scènes sympas, bien sûr, mais elles sont trop peu nombreuses et l’entêtement de Georgia sur des propos qui sont, selon moi, infondés sont agaçants à souhait et prennent le dessus. 

J’ai trouvé la rédaction maladroite, je ne sais pas si c’est dû à la plume de l’auteure ou à la traduction, mais des phrases étaient maladroites ou bancales. 

En conclusion, c’est une lecture en demi-teinte qui clôture cette saga. Peut-être mes envies du moment ne sont-elles pas accordées à ce type d’histoires, mais j’ai trouvé l’histoire bien trop banale avec un sentiment puissant de déjà vu. L’héroïne m’a agacée dans son entêtement à se voiler la face plutôt que de chercher des solutions. 


(Cet avis a été rédigé pour le blog Un brin de lecture : ici)