dimanche 22 juillet 2018

Shades of Magic, Tome 1 - V. E. SCHWAB

Titre : Shades of Magic, Tome 1
Auteur : V. E. SCHWAB
Edition : Lumen
Nombre de pages : 505 pages

Résumé : 


Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.

Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.
Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !


Mon avis : 

Voilà un petit moment que ce bijou traînait dans ma PAL. J'avais cédé à la pulsion de l'acheter suite aux excellents échos que j'en avais entendus. 

Effectivement, le titre vaut largement les louanges qu'on en chante. 

Evidemment, le gros point de fort du roman est tout l'univers. La magie, les quatre Londres dans des mondes différents (même si nous n'en découvrons que trois à proprement parlé). Je suis assez bluffée par tout le travail sur cet univers qui est immersif et prenant, sombre et addictif. 

Toute l'intrigue est rondement bien menée et les sous-intrigues qui, de prime abord, ne semblent mener nul part, convergent vers la trame principale pour l'étayer, la conforter, lui donner de la consistance. Tout est mené et abordé de main de maître et, vraiment, je salue le travail. 

Les personnages ne sont pas en reste, bien sûr. J'ai aimé Kell mais j'ai eu un énorme coup de cœur pour Lila. Leur duo est terriblement bien assorti et j'ai adoré leurs confrontations mais aussi leur solidarité l'un envers l'autre et cette pudeur qui les empêche de totalement s'épancher. 

Je me suis laissée entraîner par le style d'écriture. La traduction est presque mélodieuse, chantante, les tournures de phrases sont belles, les mots et le vocabulaire sont bien choisis, c'était doux et facile à lire. 

Les pages se tournent à une vitesse folle et ce livre a beau être un joli petit pavé, je l'ai dévoré en très peu de temps. 

Je lirai la suite avec grand plaisir, ça, c'est certain. 

1 commentaire:

Acr0 a dit…

À l'inverse, j'ai résisté aux sirènes quand la blogosphère parlait énormément de ce livre. J'ai besoin de laisser reposer pour voir si j'en ai envie juste pour l'attrait qu'on lui confère ou réellement pour lui. En tout cas, ta chronique me donne envie :) Comme il s'agit d'une trilogie - me semble-t-il - je vais attendre la parution française de l'ultime tome pour m'y essayer (et peut-être la dévorer en une seule bouchée !)